CONNAISSEZ VOUS LE POINT DE FÉLICITÉ

Si je vous parle d’orgasme des papilles, ça ne vous dit rien ? Pourtant quasiment tous les jours on cherche sans le savoir à l’atteindre par le biais de notre alimentation ! Alors qu’est ce que l’orgasme des papilles, appelé également point de félicité ou point F et comment fonctionne t-il ?

 La psychologie au service des industriels :

 

naturaligne309.fr

 

C’est le « gentil monsieur » Howard Moskowitz, psychologue américain qui a découvert le point F après avoir étudié longtemps notre consommation de certains aliments. Je dit « gentil monsieur » car après avoir bien étudié nos comportements alimentaires, il a trouvé comment nous rendre addicts à la consommation de ces mêmes produits et a vendu sa recette très cher à l’industrie agro-alimentaire. Les industriels ont donc la clé pour nous donner l’envie d’acheter et de consommer toujours plus de produits alimentaires transformés.

La découverte du point F :

 

naturaligne311.fr

 

Ce monsieur Howard Moskowitz c’est rendu compte que :

  • Si on ajoute beaucoup de sucre dans un aliment, il devient écœurant et donc on le désire moins
  • Si on en ajoute pas assez, l’aliment devient fade et il ne nous excite pas ou très peu
  • Si on ajoute du sucre à un niveau ou l’organisme l’apprécie le plus, on devient accro au produit

 

Il a simplement mis en évidence que le plaisir augmente avec la quantité de sucre présente dans le produit, tout en observant aussi qu’à un certain niveau, il plafonne et que si on continue d’ajouter encore du sucre, le plaisir disparaît.

Ce plafond est ce que l’on appels le pont F mais aussi point de félicité ou orgasme des papilles.

Comment fonctionne-t-il ?

naturaligne310.fr

 

On peux très bien comparer le point F au point G du plaisir sexuel. On stimule, le plaisir monte, il augmente, plafonne (orgasme), puis retombe. 

Ce psychologue a donc vendu aux industriels sa recette pour nous rendre accro à leurs produits via le sucre. Ce dernier est désormais présent dans quasi tous les produits transformés du marketing alimentaire, exemple :

  • Le jambon 
  • Fromage blanc allégé 
  • Les sauces
  • La plupart des produits 0% de matière grasse (hé oui) /!\ /!\

 

naturaligne85-fr

 

Savez-vous qu’en France, chaque année, nous en consommons environ 30 kg en moyenne par habitant ! Et pourtant, il est la plupart du temps caché. Nous le consommons majoritairement sans nous en rendre compte, à notre insu. En excès il provoque :

  • Diabète
  • Surpoids
  • Obésité
  • Fatigue
  • Insomnie
  • Addiction
  • Hypoglycémie réactionnel (coup de barre après chaque repas copieux)
  • Etc…

Où se cache-t-il réellement ce sucre blanc raffiné ?

 

naturaligne84-fr

 

Et bien ABSOLUMENT partout, je dis bien PARTOUT, car les industriels grâce à la recette magique de Mr Moskowitz en incorporent dans tous les produits. Rappelez vous de leur slogan : « Le sucre apporte du plaisir et que plus c’est sucré, plus c’est plaisant » (mensonge). Vous devez donc éviter au maximum les produits industriels car ils sont bourrés de sucres :

  • Les sodas
  • Les jus de fruits
  • Les biscuits
  • Les bonbons
  • Les paquets de céréales
  • Les sauces
  • Le jambon
  • Les plats préparés
  • Les produits 0% de matière grasse /!\ /!\
  • Bref partout

naturaligne83-fr

Il est très bon marché pour les industriels. Ils s’en servent pour nous rendre addicts au sucre de manière à ce que l’on ne puisse plus nous en passer.

 

De l’excitation à l’écœurement :

 

naturaligne312.fr

 

Que vous soyez un homme ou une femme, vous avez des envies alimentaires et c’est normal. Dans l’alimentation Paléo, il n’y a pas de soucis à vouloir de temps en temps consommer un aliment qui vous fait vraiment envie, tel qu’une crêpe avec de la confiture à la fraise par exemple puisque 98%, 99% de votre alimentation au quotidien est Paléo. 

Ce qui devient gênant, c’est d’avoir par moment un rapport alimentaire compulsif (grignotage non Paléo intempestifs toute la journée, impossibilité de s’arrêter quand on mange un aliment gras, salé ou sucré comme des chips ou du nutella par exemple). 

Hé oui le marketing alimentaire est présent  partout pour nous inciter à manger en grande quantité et malheureusement il faut faire avec et ce forger un mental alimentaire !

Vous avez pu constater un peu plus haut dans l’article que dans un premier temps, plus la quantité de sucre augmente, plus le plaisir augmente. Souvent le plaisir existe même déjà quand on pense à ce que l’on va manger, exemple du menu avec hamburgers, frites, boisson et sauce du fast-food (humm) !

naturaligne314.fr

Ensuite on attaque, on mange, le plaisir commence à grimper et on continue d’avaler jusqu’à arriver au point de félicité. Une fois ce point atteint, même si vous continuer de manger, vous n’obtiendrez plus le plaisir intense que vous avez eu lorsque vous avez commencé votre repas. 

Souvent on continue même de manger en repensant aux premières bouchées parce que l’on ne veux pas que le plaisir se termine. À ce moment, on se dit qu’à la bouchée suivante, se sera aussi bon qu’à la première, celle qui était la plus intense. Puis ça ne fonctionne pas, on n’en prend encore une, puis une autre et une autre etc… 

Vous devez après avoir passé le point de félicité, arrêter de manger et vous dire que vous en remangerez une autre fois afin de retrouver le plaisir maximum (allez c’est finit !). On passe donc très vite de l’excitation à l’écœurement voir au dégoût en pensant au repas riche en mauvais sucre et en mauvaises graisses que l’on vient d’ingurgiter ! On se culpabilise, et encore une fois, cela est le même problème que vous soyez un homme ou une femme et ce avec ou sans problèmes de poids.

Forger son mental alimentaire :

 

naturaligne313.fr

 

Notre mental est mis à mal quasiment tous les jours et vous avez plus tendance à avoir un mental de « chips », qu’un vrai mental alimentaire forgé, afin de contrer les situations indésirables, que vous rencontrez avec votre alimentation. Il faut dire que votre entourage (famille, amis, collègues) ou l’environnement (TV, publicités, hypermarchés) vous poussent à manger tout et n’importe quoi, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, et souvent de manière rapide. Votre corps vous le fait savoir, prise de poids, acné, stress, dépression etc…

Pour vous arrêter de manger avant de basculer vers le point F, vous devez conditionner votre mental afin de le mettre dans une situation de dégustation et non dans une situation de malbouffe. Vous devez prendre votre temps, laissez votre corps capter que vous êtes en train de manger avant d’avoir déjà finit votre repas. Vous devez ressentir du plaisir, apprécier vos aliments afin de stimuler vos sens, tous vos sens (regardez ce que vous manger, sentez avant même de porter les aliments dans votre bouche etc…).

Demandez vous : est-ce que j’aime ou pas ce que je suis en train de consommer, va t-il m’apporter du bien ou du mal (l’aliment, le type de chocolat, le morceau de fromage etc… sont-ils à la hauteur de mes attentes ?). Donnez vous l’espace psychologique et mental de profiter du plaisir pour repérer le moment où votre plaisir commence à être moindre. Le point F est atteint. À ce moment-là, vous savez que vous ne pourrez plus ressentir d’avantages de plaisir, si ce n’est en vous souvenant de ce délicieux moment.

naturaligne315.fr

Souvent il est judicieux de travailler cette exercice de façon isolé, en créant un contexte très calme pour ressentir tout cela. En réalité, c’est une petite boucle entre soi et soi-même que vous devez maîtriser. Prenez l’exemple des fins connaisseurs de vin lorsqu’ils dégustent un bon vin. Pendant quelques secondes, ils sont tout entier dans leurs sensations. Ils sont conscients de ce qu’ils sont en train de vivre et de ressentir. Si un aliment est censé nous apporter du plaisir, nous devons pouvoir le ressentir, l’évaluer… Lorsque l’on fonctionne de cette manière, on a la possibilité, dès qu’on en a envie, de retrouver l’aliment qu’on aime tant, en faisant un beau pied de nez à ceux qui voudraient nous en faire manger plus… C’est le top !

Nous pouvons aussi très bien imaginer l’homme Paléo, en train de sentir ses aliments avant de les consommer. Il prenait le temps d’observer ce qu’il allait goûter et mangeait lentement, il appréciait sa nourriture car il savait aussi qu’il n’en remangerai pas avant un bon moment.

Changer son alimentation est quelque chose de très dur à mettre en place dans notre subconscient, je vous l’accorde. Et vous ne serez pas soutenu dans votre action (ni par vos proches, ni par personne sauf moi 🙂

Il va falloir que votre mental soit plus fort que votre subconscient en étant accompagné, aidé par votre corps tout entier. Il faut aligner votre mental, le subconscient et le corps dans la direction de votre désir.

Il s’agit d’abord de créer un état de bien-être physiologique intense, puis de plonger votre système nerveux à un certain niveau de seuil (phase électrique) avant de diriger votre perception sur votre vision (en l’occurrence l’alimentation et ou le sport), cela s’appelle l’alignement neuro-émotionnel !

L’alignement neuro-émotionnel ?

 

naturaligne155.fr

 

Il faut qu’à chaque fois que vous sentez que vous n’allez pas arriver à tenir vos objectifs ou que vous allez craquer ou subir dans l’alimentation ou même le sport, venir mobiliser l’alignement neuro-émotionnel qui va vous poussez à gravir les marches de la volonté encore et encore.

Rappelez vous sans cesse votre pourquoi, pourquoi vous ne devez pas céder au point de félicité, pensez à vos proches, à ceux que vous aimez, aux gens qui sont dans la difficulté au quotidien (pauvres, handicapés etc…) afin de mobiliser votre force intérieure, pensez aux conséquences si vous veniez à arrêter tous vos efforts accumulés à l’instant T !

Il faut que votre corps tout entier, aidé par votre mental, indique au subconscient la marche à suivre et que vous visualisiez où vous en serez dans votre vie une fois que vous aurez réussit, atteint votre objectif. C’est un combat à mener au quotidien mais un combat qui en vaux la peine. Vous allez vous sentir bien et mieux dans votre corps, vous allez retrouver un ventre plat, moins d’acné, de stress etc…

La marche à suivre pour y arriver :

« Le plus grand voyage commence avec le plus petit pas… Si nous sommes tous capables de faire cela alors nous pourrons entrer dans une nouvelle ère d’amour, de compassion et d’altruisme »; Mata Amritanandamayi – Amma

 

naturaligne154.fr

 

1.  Chaque fois que cela vous devient dur mentalement, prenez 5 minutes et faites cet exercice :

Tenez vous debout ou assis, le dos bien droit, fermez les yeux, détendez vous, les bras le long du corps. Effectuez 5 grandes inspirations puis expirations et pensez à un moment de votre vie où vous avez éprouvé de la joie et/ou de l’enthousiasme. Même un très bref instant. Il y a longtemps ou plus récemment. Peu importe dans quelles circonstances. Ce qui compte c’est que vous retrouviez l’intensité émotionnelle. Si vous ne parvenez pas à retrouver un souvenir de joie, je vous recommande d’imaginer une situation que vous auriez pu vivre ou que vous avez envie de vivre. Travaillez ensuite cette situation avec les mêmes séquences que pour un souvenir.

2.  Lorsque vous avez trouvé cet instant, focalisez-vous sur l’image :

Agrandissez cette image, illuminez-la comme sur un écran. Entrez dans cette scène. Retrouvez tous les détails visuels. Puis retrouvez les sons de ce moment-là. Qu’entendiez-vous: des bruits, de la musique ou du silence ? Des rire peut-être ? Des paroles ? Si vous êtes particulièrement réceptif sur le plan auditif, insistez pour retrouver toute la qualité sonore de ce moment-là, sa note, son rythme. Que vous disiez-vous à ce moment-là ? Retrouvez les pensées que vous aviez. Maintenant retrouvez les sensations physiques associées à ce moment. Peut-être vous souvenez-vous des odeurs, du goût que vous aviez dans la bouche. Que touchiez-vous ? Qu’est-ce qui vous touchait ? Permettez-vous de ressentir pleinement toutes ces sensations et de vous laisser émouvoir à nouveau. Essayez de reprendre la même respiration qu’à ce moment-là et ainsi de retrouver le rythme cardiovasculaire, la même posture, les mêmes mouvements, la même expression sur votre visage. Souriez et/ou riez comme vous l’aviez fait alors. Intensifiez cette joie et/ou enthousiasme pour ressentir cette émotion aussi pleinement que possible. Jusqu’à un niveau d’au moins 8/10 d’enthousiasme et de joie. Vous êtes désormais capable de vous remobiliser à nouveau à 100% sur votre objectif.

Vous pouvez également refaire le même exercice mais cette fois-ci vous allez penser à un moment de votre vie où vous avez éprouvé de la certitude et de la détermination.

Joie/enthousiasme et certitude/détermination sont les clés de la réussite vers votre objectif. Plus vous ferez ces exercices et notamment quand vous avez une baisse de moral ou de volonté et plus vous deviendrez imbattable mentalement (MANI HESAM).

Dites-moi ci-dessous quels sont vos astuces pour être plus fort que vos envies et combattre le point F ? TÉLÉCHARGER mon guide de « 15 Recettes Saines & Faciles » pour vous féliciter de tous vos efforts !

naturaligne261.fr

CLIQUEZ-ICI

Commentaires

commentaires

Leave your thought

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.